En filant à travers le ciel derrière sa petite crotte Yoku était heureux. Quel destin merveilleux pour une petite créature vouée à rouler sa boule dans la fange jour après jour.Ces tartineurs pouvaient bien dire ce qu’ils voulaient sur la pertinence du flipper ou chercher des synergies avec un soi-disant monde ouvert. Lui, il savourait chaque envolée, chaque rebond comme si c’était le dernier. D’un insecte de bas étage il était devenu un virtuose de la rampe, un mozart des bumpers: le superman des bousiers. Alors qu’ils le fassent leur game club, leur bave de crapaud glisse sur son indicible bonheur de bousier.