Après une traversée de la Manche de quatorze heures qui les a vus débarquer à Ostende, trois visiteurs remontent la rue Royale de Bruxelles, où ils sont arrivés la veille. Le temps est maussade. Notre trio est anglais : un pasteur et ses deux filles d’une vingtaine d’années. C’est un autre pasteur, anglais, lui aussi, qui les accompagnent à leur point de chute, à la rue Isabelle, au Pensionnat Héger-Parent. Un établissement pour demoiselles. C’est là que Charlotte et Emily Brontë vont vivre une expérience qui va, profondément, marquer leur parcours. Nous sommes cinq ans à peine avant la parution de deux des romans les plus lus dans le monde : « Jane Eyre » et « Les Hauts de Hurlevent ». Invitée : Helen Mac Ewan « Les sœurs Brontë à Bruxelles » aux CFC éd. (traduction Myriam Campinaire et Daniel Mangano)