durée : 00:28:55 - Une histoire particulière, un récit documentaire en deux parties - L'année 2018 fut particulièrement noire pour le rugby français : quatre joueurs de moins de 23 ans ont trouvé la mort sur un terrain, des suites d'une commotion.

Depuis sa professionnalisation en 1995, le rugby a vu le corps de ses joueurs évoluer dangereusement, au point de générer des placages de plus en plus violents. Résultat : le rugby français a perdu 24% de licenciés ces trois dernières années. Des dispositions drastiques sont espérées : baisse du niveau des placages mais aussi retour à un jeu de passes plutôt que de destruction de l'adversaire... *
2nd Episode : Le placage de trop
En février 2017, le jeune Maxime Villalongue, reçoit un violent coup de genou derrière la tête lors d'un match de Fédérale 2 (4ème division), en région parisienne. Déjà victime d'une commotion la saison précédente, il préfère ne pas quitter le terrain. Ce n'est qu'au cours de la seconde mi-temps qu'il est pris, soudainement, de violents maux de tête et de vomissements. On décide de le transférer d'urgence à l'hôpital où son pronostic vital est engagé.

Aujourd'hui, trois années après son traumatisme, l'ancien ailier international des moins de 18 ans n'a toujours pas récupéré toutes ses capacités motrices et de diction.
Maxime n'est malheureusement que l'une parmi les nombreuses victimes d'un sport de plus en plus physique, qui a pris le dessus sur le jeu de passes et d'évitement d'autrefois.

L'année 2018 fut noire pour le rugby français : quatre très jeunes joueurs ont trouvé la mort sur un terrain, des suites d'une commotion. Depuis sa professionnalisation en 1995, le rugby a vu le physique de ses joueurs évoluer dangereusement, au point de générer des placages de plus en plus violents. Résultat : le rugby français a perdu 24% de licenciés ces trois dernières années.. Des dispositions drastiques sont espérées : baisse du niveau des placages mais aussi retour à un jeu de passes et d'évitement plutôt que de destruction...

Avec : Daniel Herrero, ancien joueur et entraîneur du RC Toulon ; Florian Grill, président du Comité Île-de-France de rugby ; Jean Chazal, neurochirurgien ; Maxime Villalongue, ancien joueur, victime d'une commotion cérébrale en 2017 ; Sabri, joueur du RC Drancy, et Benjamin Périé, président du RC Drancy.
Un documentaire de Stéphane Bonnefoi réalisé par Vincent Decque. Prise de son : Romain Luquiens. Archives INA : Arnaud Plançon. Recherche et documentation : Annelise Signoret. Collaboration : Suzanne Saint-Cast et Lucie Rebière

Bibliographie :
Ce rugby qui tue, Jean Chazal, éd. Solar, 2019.
Le nouveau visage du rugby professionnel français, Pierre Chaix, éd. L'Harmattan, 2015.
J'ai mal à mon rugby, Olivier Magne, éd. Solar, 2019.

Pour aller plus loin...
Le site de l'association d'entraide pour les joueurs de rugby victimes de commotions cérébrales de Maxime Villalongue
Le site du Rugby club de Drancy
Le site de l'association Rugby Safet
Dix ans de rugby professionnel : le bilan d'une révolution : par Franck Eisenberg. A lire dans la revue Pouvoirs, n°121, 2007.
Jean-Bernard Marie Moles, La professionnalisation du rugby français. Pouvoir économique et lien social, in Corps et Cultures N° 3, 1998.
Professionnalisme et rugby de haut niveau : approche anthropobiologique, proposée par F. Bauduer, C. Monchaux et J.-P. Mathieu, dans Bulletins et mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, n°18, 2006.
Les dispositifs de prise de risques dans le rugby professionnel : une analyse de Sébastien Dalgalarrondo, chercheur à l'Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, parue dans Sociologie du travail, n° 4, 2015.
Ce si violent rugby : série de 5 articles publiée dans 20 minutes en mars 2019 :
Un examen de conscience
Notre armure, c'est notre corps
On a trop insisté sur la notion de gladiateur
Retraites anticipées, affaire Cudmore.
Un projet basé sur la vitesse