Le néo-courtier européen BUX, présente les résultats de son étude menée avec Kantar portant sur les Français et l’investissement boursier. Le panel de l’étude est composé de 1 000 répondants âgés de 18 à 44 ans.


Si l’on s’attarde sur le profil des investisseurs et leur stratégie d’investissement, l’étude fait ressortir que ce sont les hommes âgés de plus de 35 ans qui investissent le plus (20%). Par ailleurs, l’envie d’investir sur le court terme s’exprime avec force chez les plus de 25 ans. A l’inverse, 56 % des femmes et 61% des primo-investisseurs (18 à 24 ans) prévoient d’investir en bourse dans plus d’un an.

Autre point notable, les personnes déclarant être en couple ou mariées investissent près de deux fois (46 % pour les deux catégories confondues investissant déjà) que des personnes célibataires (22 %). Cette tendance peut potentiellement s’expliquer par la présence de deux sources de revenus au sein du foyer multipliant les possibilités d’investissement et de prises de risque.

Lorsque l’on évoque les motivations qui poussent les Français à investir, sans surprise, ces dernières sont d’abord pragmatiques. Sécuriser son avenir ainsi que celui de ses proches et se constituer un patrimoine sur le long terme (en vue de sa retraite) sont les deux principales raisons avancées pour 34 % des sondés.  Cela est d’autant plus marquant chez les 18-24 ans qui sont au total 40 % à déclarer investir pour ces deux motifs ; une appétence renforcée par l’adoption rapide de nouvelles applications pendant la crise sanitaire et le contexte économique actuel incertain. Les 25-34 ans y voient quant à eux davantage la possibilité de percevoir une source de revenus complémentaires (15%).

Côté freins, le fait de ne pas savoir par où commencer empêcherait près de la moitié (42 %) des répondants d’investir. Le manque de ressources financières arrive en seconde position (40 %). De fait, en moyenne, les primo-investisseurs estiment avoir besoin d’un minimum de 2 467 euros pour commencer à investir; un montant qui s’élève à 4 142 euros chez les 35-44 ans pour. Concernant le montant des investissements, 60 % des sondés qui investissent placent en moyenne entre 500 et 5000 euros et seulement 10 % d’entre eux investissent plus de 10 000 euros. Enfin, mentionné par 40 % des personnes interrogées toute tranche d’âge confondue, le manque de connaissances financières constitue le troisième obstacle à l’investissement le plus répandu.
« Si les résultats de cette étude démontrent un intérêt avéré des Français pour l’investissement en bourse, nous voyons également que le manque d’éducation financière constitue encore l’un des freins majeurs à l’investissement et à leur quête d’autonomie. Des barrières qu’il est nécessaire de lever grâce à toujours plus de pédagogie et d’accompagnement de la part des acteurs du monde de l’investissement. » Yorick Naeff, CEO de BUX

 

The post 40 % de la Genération Z investit pour assurer son avenir  appeared first on Widoobiz.