En ce début d’année 2021, il n’a jamais autant été question de santé mentale, et ce partout dans le monde. Dans ce contexte, Qare, spécialiste de la téléconsultation et pionnier de la e-santé mentale, a souhaité questionner les Français sur leurs pratiques en matière de santé mentale, la libération de leur parole et le tabou qui subsiste encore autour de cette question.

L’épidémie de Coronavirus a généré une importante souffrance psychologique chez de nombreux Français, toutes générations confondues, et chez tous les profils socio-démographiques. Pour autant, sur l’ensemble de la population, les consultations de santé mentale n’ont quasiment pas augmenté durant l’année : seul un Français sur 10 déclare avoir consulté un spécialiste depuis mars 2020, un chiffre relativement stable par rapport aux années précédentes.

A contrario, si les jeunes ont été particulièrement éprouvés par cette crise épidémique – un étudiant sur trois présentait des symptômes dépressifs au printemps et les salariés de moins de 29 ans sont les plus durement touchés par la détresse psychologique – ils semblent avoir pris conscience de l’intérêt de consulter pour se sentir mieux : 15% des 18-24 ans et 13% des 25-34 ans ont consulté un spécialiste depuis mars, soit respectivement 5 et 3 points au-dessus de la population générale. Même constat du côté des parents : 17% des personnes avec enfants se sont tournés vers un spécialiste.

2021 sera l’année de la santé mentale, et les barrières psychologiques à consulter commencent progressivement à tomber : 17% des Français annoncent vouloir consulter un psychiatre ou un psychologue en 2021. Une intention davantage marquée chez les femmes (20%) que chez les hommes (14%) ainsi que chez les jeunes populations (un quart des 25-34 ans annoncent qu’ils se rendront chez un professionnel de santé mentale en 2021 alors qu’ils n’étaient que 13% à avoir consulté en 2020).

The post 87% des français n’osent pas parler de leurs problèmes de santé mentale appeared first on Widoobiz.