C’est un personnage dont on aimerait tirer des romans, une figure de fiction par excellence qui invite à prendre des libertés avec le récit historique. Adrien Conus est de ces destins où tout est pittoresque, signifiant. Remercions donc Pierre Servent de restituer cette vie hors norme dans Les 7 vies d’Adrien Conus, biographie publiée aux éditions Perrin.

Pierre Servent en convient lui-même dès les premières pages, la tentation était grande de s’affranchir un peu de la vérité historique et de romancer ce destin. Qui était donc cet Adrien Conus, à qui l’on prête 7 vies, et qui est pourtant passé un peu inaperçu dans ce 20e siècle déjà lointain ?

Ce franco-russe né à Moscou, fut tour à tour chercheur d’or et trafiquant d’ivoire, guide de chasse et chef de village en Afrique avant de rejoindre la maigre phalange des Français Libres du général de Gaulle dès 1940. Il est de tous les théâtres de guerre de la geste gaulliste au Levant et en Afrique du Nord. Capturé lors d’une mission par les Allemands, il échappe miraculeusement au peloton d’exécution. En 1945, il est infiltré en Allemagne nazie dans la région stratégique de Ruhr pour y conduire des actions commando. Addict à la guerre, couvert de décorations, le colonel Conus connaîtra en Indochine un destin « à la capitaine Conan ». Efficace, mais trop sulfureux, le commando qu’il a créé est dissous en catastrophe. Malade, il rentre pour mourir sur sa terre d’adoption, l’Afrique noire.

Voilà, résumé par l’éditeur en quelques lignes, Adrien Conus. Ce dont ce court texte ne peut rendre compte, c’est de la richesse de chacune des 7 vies. Il n’est pas seulement franco-russe, son destin se mêle à celui du collectionneur russe Chtchoukine, à la révolution d’Octobre. Il n’est pas seulement français libre, il devient membre des services secrets britanniques. Adrien Conus, c’est un peu l’Histoire en plus grand, en plus vaste. En plus sombre aussi, car aux heures glorieuses de la seconde guerre mondiale, répondent les heures troubles de la guerre d’Indochine.

C’est un héros au sens étymologique du terme, celui qui protège et fait la guerre. Un personnage riche, mais forcément ambivalent. Les 7 vies d’Adrien Conus sont à l’image de la France et de l’Europe du temps : tourmentées, furieuses et enivrantes.

 

The post [A lire] Les 7 vies d’Adrien Conus appeared first on Widoobiz.