Emilie a repris l’Instant bucolique il y a 5 ans. Traversée par son approche artistique, elle donne vie au matériau végétal autrement, en laissant la place à l’incongruité par exemple… Fascinée par le défaut d’une fleur ou amusée par la croissance fantaisiste d’une plante, elle laisse s’épanouir entre ses mains toute la vivacité de la nature, et lui donne juste ce qu’il faut de poésie singulière. Elle nous a reçu à la boutique, parmi feuillages, lichens et renoncules pour nous parler de son métier de fleuriste  territoire d’expression de sa sensibilité à l’état brute. Pour (ré)écouter l’émission c’est ici https://anatomiedelartdotcom.files.wordpress.com/2014/04/anatomiedelart_12.mp3

Les extraits choisis par Emilie :

Lectures :

Qu’ai-je appris, Gary Snyder (Premier chant du chaman et autres poèmes, éd. Orphée La Différence)

Couleurs d’Automne, Henri David Thoreau (passage sur les herbes pourpres)

Respirer l’ombre, Giuseppe Penone

Film :

Printemps, Eté, Automne, Hiver … et Printemps, de Kim-Ki-duk

Musiques :

Evolution, Cat Power (Album Speaking for trees)

Like a bird on the wire, Leonard Cohen (Album Songs for a room)

There, the deaf cold, Minors (Album Ways/Time)