Depuis au moins les années 80, le débat sur les "aspects positifs" de la colonisation par la France d'une quantité de territoires à travers le monde ne cesse de croître. En 2005, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur, a tenté de graver ce principe dans le marbre. Il déplorera plus tard que "l'homme africain ne soit pas entré dans l'histoire". Si, pour Dominique de Villepin, il n'appartient qu'aux "historiens d'écrire l'histoire et de dire la mémoire", François Fillon, dans sa marche gênée vers l'Elysée, décrétera pour sa part que "la France n'est pas coupable d'avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Nord". Enfin, Emmanuel Macron essaiera d'aller à l'encontre de cette tradition en affirmant, à plusieurs reprises, que "la colonisation [de l'Algérie] est un crime contre l'humanité". Dès lors, que penser du passé colonial de la France? Entre l'Ancien Régime qui assumait clairement ses colonies d'exploitation via le pacte colonial, l'esclavage via le code noir, et la Troisième République bien imbue de son devoir d'apporter la civilisation aux peuples d'Afrique et d'Asie, Au Crible de l'Histoire fait le point.

Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur les travaux des historiens Bernard Lugan et Marc Ferro,
Les extraits sont tirés du film 1492: Conquest of Paradise, réalisé par Ridley Scott.

Conception, production et réalisation: Maxime BAZILE, en collaboration avec Sabrina Bennoui
https://twitter.com/BLMaxime?lang=fr

Support the Show.