Généralement bien acceptée dans l’Égypte antique, la contraception permettait aux individus de prévenir des grossesses non désirées. Les textes de l’époque attestent des grandes connaissances médicinales dont disposaient les Égyptiens pour gérer la reproduction de leur peuple et contrôler les naissances. La pharmacothérapie incluait des méthodes variées allant de l’application locale de plantes à l’utilisation de dispositifs pour empêcher la fécondation.

Une recette de spermicide à base d’acide lactique

Le très ancien Papyrus Ebers, recueil médical égyptien datant du 16ème siècle avant J-C, fait état de nombreux ingrédients utilisés comme contraceptifs. L’un des plus notables est le mélange de dattes, d’épines d’acacia et de miel prescrit en tant que spermicide aux hommes et aux femmes qui voulaient éviter une grossesse indésirée. Lors de la fermentation, les épines d’acacia libèrent de l’acide lactique. Celui-ci est encore utilisé dans de nombreux spermicides contemporains, car il crée un environnement acide non pathogène pour la flore vaginale, mais très efficace pour empêcher la survie des spermatozoïdes.

Des tampons intravaginaux constitués de lin

Pour ceux qui voulaient cumuler l’action physique et l’action physiologique, il existait un système de tampons à placer dans le vagin avant les rapports sexuels. Ces rouleaux de lin imprégnés d’ingrédients spermicides permettaient à la fois de freiner la migration des spermatozoïdes vers l’utérus, et de créer un environnement néfaste à leur survie. Plus tard, le lin est utilisé pour façonner des préservatifs imprégnés d’huile. L’on retrouve également des préservatifs conçus à partir de membranes intestinales de mouton.

L’efficacité des contraceptifs égyptiens, prouvée par les recherches

Pour établir si les contraceptifs égyptiens étaient bien efficaces, il faut se pencher sur certaines recherches menées par des scientifiques de Floride, qui ont examiné plusieurs centaines de sépultures égyptiennes antiques. 

D’après les résultats, la plupart des bébés naissaient à la même période de l’année, car les Égyptiens considéraient que la crue du Nil était la période la plus propice à la fécondation. En-dehors de cette période, les rapports étaient donc protégés, ou dissuadés par les femmes qui allaient jusqu’à se couvrir de bouse de crocodile pour repousser les hommes. Une technique contraceptive originale, mais apparemment efficace !


Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices