Parce que le soir les pensées remontent, j’avais envie de vous lire une histoire.

Parce que les temps sont incertains j’avais envie de vous envoyer un câlin, un bisou. Alors je vous propose le bijou comme un bisou du soir.

Il était une fois les bijoux de la Duchesse de Windsor.

Née Bessie Wallis Warfieldn elle est certainement une des figures féminines la plus controversée. Comme nous ne saurons jamais vraiment la vérité sur elle, je me suis attachée à ce qu’elle a de plus attachant, son amour avec Edouard VIII. C’est peut être mon côté licorne. Et après tout, les temps que nous vivons devraient nous conduire à rechercher le beau qui fait toujours du bien à l’âme. Mais également je crois que, sur cette femme, s’est concentré la schizophrénie d’une époque qui n’est pas sans rappeler la notre et qu’elle a été certainement un bouc émissaire pour tous ceux qui ne voulait voir en elle qu’un objet pratique de concentration de leur désaccord envers une situation socio-économico- politique plus que complexe.

   

Dès 1934 le prince écrivait : Ma bien aimée Wallis à moi, comme cette semaine a été longue et combien adorables seront lundi et mardi, et tous les jours que nous passerons ensemble ! Oh ! Ma chérie, combien je vous aime et plus, et plus. ".

La suite est connue le prince est roi en janvier 1936 et abdique le 10 décembre au matin.   

  

Ils étaient complices, partageaient ensemble leur amour, leurs journées, leurs loisirs, leurs soirées et les mondanités.

Elle aime les bijoux, Edouard lui offre dès 1936 bien avant son divorce un splendide bracelet de diamants et rubis Van Cleef & Arpels où il fait inscrire sur le fermoir « «Hold Tight» c’est-à-dire « tenir bon ». 

  

A cette date, il commence à lui offrir des charm’s en forme de croix qui s’accrochent sur un bracelet de diamants Cartier. C’est un des bijoux le plus intime de leur relation car chaque croix comporte un message apparent ou symbolique de leur vie. Chacune est d’une couleur différente en fonction des pierres qui les sertissent : La croix d’aigue-marine exprime leur mariage, l'émeraude une radiographies de Wallis, derrière la platine il lui déclare son amour en écrivant We are et en utilisant leur initiale W et E en jeu de mots et il fait inscrire «God Save the King for Wallis 16.VII.36». (Dieu garde le roi pour Wallis, 16 juillet 1936) après qu’il ait échappé à une tentative d’assassinat....


En mai 1972, le duc de Windsor succombe à un cancer de la gorge. Wallis meurt en 1986.

Son exceptionnelle collection de bijoux est mise aux enchères un an plus tard par la maison Sotheby’s à Genève. Parmi eux 87 pièces sont signées Cartier et 23 Van Cleef & Arpels. Les bijoux de Wallis, témoins de la vie et de l’amour du couple Windsor, ont encore une fois déchainés les passions : estimés pour à 30 millions de francs, ils ont été vendus près de 300 millions de francs, c’est à dire 42 millions d’euros.

Par cette vente Wallis duchesse de Windsor, légua la mémoire de son amour à l’Institut Pasteur à la seule condition de ne pas servir à l’expérimentation animale. 

Ainsi se termine cette histoire d’Il était une fois le bijou. Si cette histoire vous a plu, partagez la autour de vous, pour vous aussi envoyer plein de bijou bisou et encouragez moi en me mettant plein d’étoiles et de like.

A demain pour un prochain bijou, un nouveau bisou du soir

Site

Twitter

Facebook

Instagram

LinkedIn