Spencer Anthony et Alek, trois amis américains dont sont deux militaires, sont en vacances en Europe, et se retrouvent héros malgré-eux en désarmant un homme qui s’apprêtait à perpétrer un attentat à bord d’un train Thalys. L’interminable “15h17 pour Paris” raconte l’histoire vraie qui s’est déroulée à l’été 2015, agrémentée de l’histoire d’amitié des trois héros - qui jouent d’ailleurs leurs propres rôles - et du détail de leurs vacances interminables immortalisées à grands coups de selfies. Clint Eastwood, qui filmait des anti-héros en les mythologisant, prend désormais le chemin inverse, à la recherche du moment où l’homme devient héros dans le regard de la société. Avec très peu d'emphase et de style visuel, avec une narration et une photo très relâchées, l’effet de réel ne prend pas. Reste une sensation de précipitation dans la production du film. Car si Clint aime faire des films très rapidement, tout est manifestement dans ce cas allé trop vite pour faire du bon cinéma.

Podcast animé par Thomas Rozec avec Arnaud Bordas, David Honnorat et Stéphane Moïssakis.

RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSION

Le 15h17 pour Paris (Clint Eastwood, 2018), Sully (Clint Eastwood, 2016), American Sniper (Clint Eastwood, 2015), Full Metal Jacket (Stanley Kubrick, 1987), Lettres d’Iwo Jima (Clint Eastwood, 2006), Patrick Braoudé, Million Dollar Baby (Clint Eastwood, 2004), L’homme qui tua Liberty Valance (John Ford, 1962), Piège à grande vitesse (Geoff Murphy, 1995), Impitoyable (Clint Eastwood, 1992), L’épreuve de force (Clint Eastwood, 1977), Les dents de la mer (Steven Spielberg, 1975), La tour infernale (John Guillermin, 1974), L’épreuve de force (Clint Eastwood, 1977), Unstoppable (Tony Scott, 2010), Runaway train (Andrey Konchalovsky, 1985).

RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEUR

RETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco