Envie de vous installer au Portugal ?

Réfléchissez-y à deux fois avant de prendre la décision !

Dans cette interview, retrouvez Violaine qui après quelques années en Irlande du Nord a décidé de s’installer au Portugal pendant 1 an.

Vous allez découvrir les raisons de cette nouvelle expatriation, les difficultés qu’elle a rencontrées, la réalité sur place et son bilan globalement négatif.

Écoutez tout de suite l’épisode (48 min) :

Épisode #102 sur l’expatriation au Portugal de Violaine

On s’imagine parfois l’expatriation comme un petit paradis, loin de chez soi.

Et le Portugal fait partie de ces pays qui font rêver plus d’un Français : un doux climat, la plage, coût de la vie plus bas, la chaleur de ses habitants, etc.

Mais voyager au Portugal ou vivre au Portugal… ce n’est pas la même histoire.

Violaine s’est installée dans le nord du Portugal avec son conjoint et son enfant avec pour objectif d’y rester durablement. Un an après, elle a décidé de quitter le pays après une expérience décevante.

Dans cette interview, on discute :

  • Des raisons de son installation au Portugal
  • À quoi ressemble la vie sur place
  • Des difficultés pour se loger correctement à bon prix
  • Des différences entre l’Irlande et le Portugal
  • Tous les petits trucs qui l’ont déçu au quotidien
  • Les complications pour travailler comme freelance
  • Des choses à réfléchir avant de s’expatrier
  • Sa prochaine destination d’expatriation

Les liens de l’épisode :

Comment écouter cet épisode ?

Cet épisode dure 48 minutes et vous pouvez l’écouter :

S’expatrier 1 an au Portugal : Le résumé écrit de l’interview

Au moment de l’interview, Violaine se trouvait encore au Portugal.

Il y a 10 ans, elle commençait ses études à l’université (La Rochelle). Elle a pu travailler à l’étranger : ile de la Réunion, Chine, Canada, Islande. Elle a vécu 2 ans en Estonie. Puis elle a opté pour l’Irlande à la fin.

Actuellement, cela fait 1 an qu’elle vit au Portugal et elle travaille à son compte dans le marketing digital (rédaction ou traduction). Avant le Portugal, elle a vécu avec son conjoint pendant 5 ans à Belfast, avec une situation confortable.

Quitter l’Irlande pour le Portugal

Violaine a quitté l’Irlande pour des raisons personnelles et professionnelles, sans compter le Brexit qui aurait pu affecter leurs activités. Il y avait aussi le contexte du conflit en Irlande du Nord avec les mentalités de séparation qui sont restées, notamment au niveau des écoles catholiques/protestantes.

Son conjoint étant Portugais, ils sont partis au Portugal avec l’idée en tête d’un pays où il fait bon vivre. Ils se sont d’abord installés dans la région de Porto à Vila Verde, près de Braga. Puis à Guimarães.

Avant de partir, Violaine ne parlait pas un mot de portugais, mais elle était hyper motivée. Elle a pris des cours et s’est améliorée, même si elle ne maitrise pas vraiment la langue.

Au début, elle s’est retrouvée face à un choc culturel et des choses auxquelles elle ne s’attendait pas. Elle est arrivée en août et il faisait très chaud, près de 40°.

Elle a été confrontée à pas mal de soucis en arrivant. Elle n’a pas trouvé la population locale hyper charmante et accueillante comme on a pu lui vendre. Les gens n’avaient pas de respect pour elle ou sa famille. Elle a eu beaucoup de problèmes de logement : arnaque de l’agence, problèmes d’humidité, vieux appartements. Et sans un logement stable, c’était compliqué de construire et d’avancer.

Il faut compter au moins 600€ pour un appartement décent de 3 pièces à Guimarães. Ce qui est plus cher qu’un salaire minimum. À Porto ou Lisbonne, ça sera beaucoup plus cher.

Violaine comme son conjoint travaille en freelance depuis leurs maisons, c’était l’une des raisons pour aller au Portugal. Par contre, le marché des freelances n’est pas très évolué là-bas. En ce qui concerne leurs clients internationaux, le fait de vivre au Portugal n’a pas eu une bonne influence. Elle a eu beaucoup moins de travail, comme si le Portugal avait une mauvaise image.

En partant de l’Irlande du Nord, Violaine a fermé ses statuts administratifs et les a rouverts au Portugal. Cela s’est fait assez rapidement. En termes d’administration, c’est d’un niveau similaire à la France, pas forcément plus simple.

Au final, elle n’a pas réussi à travailler avec des clients portugais qui ne comprenaient pas vraiment le concept de freelance et travail à la maison.

Un gros problème d’adaptation

Violaine ne s’est pas trop plus au Portugal et n’a pas réussi à s’adapter.

« On ne peut pas se plaire partout, ce sont les aléas de l’expatriation. »

Elle n’a pas trouvé les gens très accueillants ou respectueux. Elle a enchainé les problèmes de travail, de logement, de papiers.

En tant que jeune famille qui tentait de s’insérer au Portugal, cela n’a pas marché.

Son conjoint qui avait quitté le Portugal il y a 7 ans s’est rendu compte que pas grand-chose n’avait changé.

La vie locale portugaise n’est pas si simple. Beaucoup de Français s’y installent, mais avec un salaire élevé ou une bonne retraite, ce qui rend la vie plus agréable. Mais vivre comme un local, la vie est difficile.

« On a l’impression que tout est difficile au Portugal, qu’il faut se battre un peu pour tout, c’était un sentiment que l’on n’avait pas en Irlande. »

Différences entre Irlande et Portugal

  • Facilité de logement
  • Mentalité en Irlande, les gens t’aident plus facilement (Portugais jugent énormément sans te connaitre)
  • Déplacement plus compliqué au Portugal

Après, c’est vrai que la population irlandaise est très gentille et accueillante.

Elle n’a pas vraiment réussi à se faire des amis sur place, car son expérience ne s’est pas bien déroulée dès le début et elle a vite perdu la motivation d’apprendre le portugais. Violainea plus d’amis expatriés.

Le Portugal reste un pays magnifique et c’est idéal pour le tourisme. Il y a beaucoup d’activités et de choses à faire. On y mange très bien.

« Passer ses vacances au Portugal et vivre au Portugal, ce sont deux choses bien différentes. »

Avant de s’expatrier, il est important de faire une liste de ce qui est important pour soi, car on a tous une idée de la qualité de vie différente, des centres d’intérêt différents.

Pour Violaine, ce qui est important :

  • le logement
  • situation financière
  • météo
  • gastronomie
  • marché du travail, salaire
  • culture, sorties
  • loisirs

Il faut se renseigner sur tout ça en amont.

Violaine voit le Portugal comme un pays où il fait bon y vivre si on est retraité, jeunes à Lisbonne. Le pays peut plaire à certaines personnes.

Toute expatriation est bonne à prendre et même si l’expérience était mauvaise, Violaine a pu apprendre et n’a pas de regrets. Elle a permis de se rendre de ce qu’elle voulait vraiment.

Un retour en Irlande

Violaine a donc décidé de repartir en Irlande et de s’installer à Sligo, dans le nord-ouest du pays.

Là-bas, elle trouve les gens beaucoup plus ouverts, même dans les coins un peu reculés. Les Irlandais sont ouverts d’esprit.

Violaine se voit vivre en Irlande pour un bon moment. Par contre, elle ne se voit pas revenir en France, outre pour les vacances.

Expatriation apporte beaucoup de choses : apprendre à s’adapter rapidement à différentes situations, Ouverture d’esprit différente.

C’est toujours une super expérience de s’expatrier, même pour un an. Ne serait-ce que pour apprendre une nouvelle langue, de voir comment cela marche ailleurs.

Violaine a écrit un livre l’année dernière : Irlande du Nord: Incontournables & Itinéraires

À cheval entre un guide et un carnet de voyage.

Livre tout public : pratique pour organiser un voyage, ou pour en savoir plus sur l’Irlande du Nord. 80 incontournables, les lieux à voir absolument. Plein de photos, adresses, expériences à vivre.

Merci d’avoir écouté l’épisode #102 du podcast !

michael-pouce-articleMerci d’avoir pris le temps d’écouter cet épisode du podcast de Traverser La Frontière. Si vous avez des suggestions ou des remarques sur l’épisode, laissez un commentaire un peu plus bas.

Abonnez-vous directement au podcast sur iTunes pour recevoir les nouveaux épisodes.

Si vous avez aimé l’épisode, je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux grâce aux boutons à la fin de l’article. Merci d’avance !

– Michael