Envie de découvrir l’Afrique de l’Ouest ?

En camion ? En famille ?

Tout est possible !

Dans cette interview, retrouvez Gaëtan qui nous raconte son périple en famille qui l’a mené depuis sa Belgique natale jusqu’au fin fond de l’Afrique de l’Ouest. 14 mois en camion pour un voyage inoubliable.

Écoutez tout de suite l’épisode (1H07) :

Épisode #106 sur le road-trip en famille à la découverte de l’Afrique de l’Ouest :

Voyager en famille, ce n’est pas si simple. Alors, partir en camion et qui plus est en Afrique de l’Ouest, je tire mon chapeau ! Car il s’agit d’une région oubliée du tourisme et pas facile d’accès à priori.

Épisode complémentaire : Vivre dans un van en famille

Gaëtan, sa femme Marianne et ses 3 enfants (Diego, Noam et Ben) ont donc voyagé durant 14 mois à bord de leur camion pour une sacrée aventure. Voici la carte de leur parcours :

carte voyage afrique de l'ouest

Dans cette interview, on discute :

  • Des raisons de ce voyage
  • Le choix du camion et combien il a coûté
  • Les changements lors de l’arrivée en Afrique noire
  • Le quotidien des enfants
  • À quoi ressemblait l’accueil des gens
  • Le rôle de la religion dans le voyage
  • Un gros point sur la sécurité de la région et pays traversés
  • Les apprentissages après ce voyage grand voyage

Les liens de l’épisode :

Comment écouter cet épisode ?

Cet épisode dure 1H07 et vous pouvez l’écouter :

Voyager en Afrique de l’Ouest et en famille : Le résumé écrit de l’interview

Gaëtan est belge et vit à Liège depuis toujours. Il a 37 ans et son travail est de répondre aux appels d’urgence. Marianne est institutrice et a 37 ans. Ils sont ensemble depuis 20 ans. Ils ont 3 enfants : Diego (12 ans), Noan (9 ans) et Ben (4 ans).

La passion du voyage

Ils ont déjà fait un voyage en couple en Amérique du Sud en sac à dos en 2006.
Puis en 2013, ils ont rallié Buenos Aires à New York en pickup en famille. Et là, ils sont partis pendant 14 mois en Afrique de l’ouest, dans un camion et la famille au complet.

3 beaux voyages en 10 ans !

Lorsqu’ils sont revenus de leur premier voyage, Gaetan et Marianne ont décidé de fonder une famille et prévoyaient déjà de voyager avec leurs enfants dans le futur. Leur expérience en Amérique du Sud fut réussie, puis ils sont revenus pour mettre de l’argent de côté. Ils ont choisi d’aller dans un autre continent.

Pourquoi l’Afrique de l’Ouest ?

  • Pour ne pas faire de shipping (envoyer le véhicule par mer) et partir de la maison.
  • Partie du monde intéressante pour comprendre le monde et la réalité.
  • Langue française pour faciliter les échanges.
  • Accès à la mer une grande partie du voyage.
  • Peu de familles qui y vont, destination rare, envie d’être original.

Ils avaient prévu 14 mois de voyage en tout.

Mise en disponibilité, pause carrière, congés parentaux : melting pot des possibilités de carrière pour avoir le temps de partir.

Itinéraire

Parti de Belgique, ils ont traversé la France et l’Espagne.
Beaucoup de temps au Maroc, traversée de la Mauritanie.
Puis en Afrique de l’Ouest : Sénégal, Gambie, Guinée-Conakry, Cote d’Ivoire, Ghana, Togo, Bénin, Burkina Faso, Mali.
Puis remonter vers le nord par le Maroc et le Portugal.

carte voyage afrique de l'ouest

Le camion

Choix du camion :

  • avoir de l’espace pour y vivre dedans
  • avoir un 4×4 pour aller où ils le souhaitent
  • niveau budget, sans trop d’électronique
  • facilité de réparation en Afrique

Ils ont choisi un camion de pompier Renault de 1983.

La cabine était déjà aménagée, mais pas pour les enfants. Gaëtan a fait la menuiserie : 3 lits superposés, espaces de rangement…, house, tenture, moustiquaire, électricité.

Prix du camion à l’achat : 30 000€
+ Aménagement et les 4 pneus : 5 000€

Une fois revenus en Belgique, ils veulent revendre leur camion. Il aimerait que ce camion parte vers une famille qui veut voyager pour de nouveaux projets.

Découverte de L’Afrique de l’Ouest

Ils ne connaissaient pas du tout l’Afrique avant d’y aller.

Premières impressions en arrivant au Sénégal :

Chaleur et humidité.
Au niveau de la langue, ça reparle français au Sénégal et il a aussi appris quelques mots de wolof, l’une des langues locales. Par contre pour le restant du voyage, ils se sont aperçus que même si le français était la langue officielle, beaucoup de gens ne la parlaient pas.

Il y a des choses qu’ils ne connaissaient pas comme la diaspora libanaise en Afrique de l’Ouest ou l’importance de la religion musulmane.

Gaëtan souhaitait partir avec ses enfants pour leur ouvrir l’esprit et la présence de l’islam a permis de comprendre des choses.

D’ailleurs, il trouve que le meilleur âge des enfants pour voyager est de 3/4 ans : il ne s’ennuie jamais et se fait des copains immédiatement.

Son grand avait 11 ans et il avait tendance à plus s’ennuyer lors de ce voyage. Même s’il a pu faire beaucoup d’activités ! Par exemple lorsqu’il sortait un ballon de foot, il y avait 25 enfants qui venaient jouer dans la minute.

En ce qui concerne l’école, ils ont suivi l’équivalent du CNED en France.

Jusqu’au Sénégal, ils ont croisé pas mal de gens qui voyageaient en véhicule, mais après… ils ont été « seuls » pendant 6 mois (au niveau tourisme).

Par contre, ils n’ont jamais été seuls vis-à-vis des locaux.

« Nous avions beau être au milieu de rien, il était certain que quelqu’un allait sortir de derrière un buisson ! »

Il y a des gens partout. Ils veulent en savoir plus sur eux. Et parfois même la nuit ils voulaient rester avec eux.

D’ailleurs, une fois qu’ils sont arrivés en Europe et en Espagne, ils se sont rendu compte que plus personne ne leur disait bonjour. Alors qu’en Afrique de l’Ouest les « salutations » prenaient beaucoup de temps, c’est presque une coutume.

La Guinée Conakry est un pays qui a marqué Gaëtan. Tout d’abord par l’état des routes, qui était catastrophique par rapport aux pays voisins. Il n’ont pas le franc CFA, alors il se retrouvait avec des énormes liasses de billets. Pays très beau, avec un peu de montagnes. Pays avec plein de ressources, mais très mal exploité. C’est un pays avec énormément de potentiel, mais qui est dans un état compliqué. Tous les jours il y avait des coupures d’électricité.

La sécurité en Afrique de l’Ouest

Le Burkina Faso connait aussi une situation intéressante, car il est généralement traversé par les voyageurs. Mais au fil du voyage, la situation s’est dégradée avec les « points rouges » qui se sont multipliés, au niveau sécuritaire. Cela supprime le tourisme et cela peut être dommageable… Dans certains endroits, les locaux n’avaient plus vu de « blancs » depuis plus de 6 mois.

Au niveau sécuritaire, ils n’ont eu aucun problème dans tous les pays. Ils n’ont même pas payé un policier pour corruption, outre une amende de 8€. Par contre, ils sont passés proche de zones à problèmes. Au Burkina Faso, il a eu des attaques envers des policiers. Au nord du Bénin (parc de la Pendjari), il y a eu un enlèvement de 2 Français.

Gaëtan s’est toujours demandé s’il y avait un risque avant d’aller quelque part…

« On n’est pas des têtes brulées, on a des enfants, etc »

Bien souvent, tout s’est très bien passé, même dans les endroits potentiellement risqués. Les gens étaient contents de voir la famille venir. Après, il y a des régions qu’ils ont traversées plus rapidement que d’autres, comme au sud du Mali.

Concernant la Mauritanie, c’est le seul pays où la situation s’est améliorée au niveau officiel durant le voyage. Ils ont traversé le pays sans aucun problèmes.

Le voyage et l’apprentissage

Il y a eu énormément de rencontres durant ce voyage. Beaucoup de personnes voulaient embarquer avec eux dans le voyage. Mais surtout, ils ont remarqué l’envie de cette population d’Afrique de l’Ouest de venir en Europe, en pensant y trouver l’eldorado.

Gaëtan a remarqué le parallèle lors de leur voyage en Amérique, car en Amérique latine beaucoup de personnes voulaient se rendre aux États-Unis. Mais une fois là-bas, ils ont vu beaucoup de travailleurs latinos qui voulaient eux, rentrer au pays.

Même si cela était compliqué à expliquer, il tentait de dire à ces personnes que tout n’était pas rose en Europe non plus lorsqu’on arrive en tant qu’immigrant. Eh oui… on a une chance terrible de pouvoir voyager comme on le souhaite en Europe. C’est une discussion qu’il a eue à multiple reprise avec les populations africaines.

Apprentissages :

  • choses pratiques, culinaires
  • saisir des choses du monde dans lequel on vit
  • l’histoire des pays
  • on se débrouille avec rien
  • où se trouvent les ressources

La seule chose qu’on comprend : le constat est compliqué, la terre ne tourne pas tout à faire ronde.

Concernant les enfants, ils sont extrêmement ouverts et ont un respect pour les gens qui sont différents. Par contre, ses enfants réagissent différemment selon l’âge et le plus grand prend un peu le contrepied de ce voyage en étant attiré par des choses plus matérielles. Ou qui a besoin de plus d’indépendance.

Pour l’instant, ils sont surtout dans une phase de digestion.

Le plus important au final, c’est de passer du temps en famille.

« J’ai vu grandir mes enfants, vraiment. Au jour le jour pendant 14 mois. »

Il a eu des moments de joies, mais aussi difficiles, de doutes, parfois d’ennui, mais ils étaient ensemble.

Mot de la fin

C’est une région du monde qui fait peur. Mais moi je ne l’oublierai jamais cette région. On a rencontré plein de gens intéressants et bienveillants. C’est une partie du monde qui n’est pas toujours drôle à vivre pour les populations. J’ai envie que ce soit une région qui continue d’être visitée, car elle en vaut la peine.

Il y a de plus en plus de famille, sur la route, attirées par ce genre d’aventure. Je ne peux que les encourager parce que ça fait du bien, ça ouvre les yeux. C’est un investissement pour l’avenir, pour l’éducation des enfants.

Foncez pour ceux qui hésitent.

Et profitez pour ceux qui sont sur la route, car la vie normale, elle revient vite.

Sauter le pas, vous ne risquez rien.

Merci d’avoir écouté l’épisode #106 du podcast !

michael-pouce-articleMerci d’avoir pris le temps d’écouter cet épisode du podcast de Traverser La Frontière. Si vous avez des suggestions ou des remarques sur l’épisode, laissez un commentaire un peu plus bas.

Abonnez-vous directement au podcast sur iTunes pour recevoir les nouveaux épisodes.

Si vous avez aimé l’épisode, je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux grâce aux boutons à la fin de l’article. Merci d’avance !

– Michael