Dans l’attente de la reprise de la saison de Formule 1, et afin de maximiser les revenus publicitaires du site du SAV, nous vous proposons de découvrir les membres de notre équipe. Pour cela, chacun à tour de rôle, apporte ses réponses au Questionnaire de Prost. Après Skanibal, c’est au tour de Dino… pour boucler la boucle !

Sa vie d’avant… ou presque

“Lorem ipsum forza Ferrari”. Tels furent les premiers mots du petit Dino. Après un premier âge sans histoire, quoique de légers retards, il découvre le lait 2ème âge lors d’un repas organisé par son oncle. Il entre dans l’adolescence avant ses camarades, bien que plus tard, il entrera dans l’adolescente après ses camarades. Il adopte un cheval.

Alors âgé de 5 ans, Dino s’essaie à de nombreux sports : bilboquet subaquatique, bowling sur sable et la pétanque hivernale. Mais son plus grand exploit sportif, qui le marque encore aujourd’hui, est sans conteste la fois où il est monté au 2ème étage par l’escalier, élu exploit sportif de 1995 dans sa ville natale : Saint Martin de la Touffe. Il adopte un serpent.

Renonçant au sport, il se découvre inventeur. Un premier coup de marteau et des doigts endoloris le rappellent à l’ordre, son crédo sera désormais l’invention de jeux de société. Il invente ainsi Les Chèques et Matte, un mélange de Bonne Paye et de voyeurisme. Le jeu ne fera pas fureur, au contraire des Aventuriers du Rail de feu son arrière-oncle par alliance. Il adopte un chat.

Ah l’histoire, l’Histoire, les détails, les fils, les batailles…. Dino obtient la révélation alors qu’il est en train de vomir par la vitre, à l’arrière de la Renault 25 TDS familiale. Entre 2 lardons et un morceau de patate du midi, il aperçoit le panneau d’autoroute indiquant “Mont Saint Michel – 4km”, bercé par la musique préférée de son père : Hélène. Il s’égara dès lors sur les bancs de la filière L puis de la fac d’histoire. Malgré l’influence négative d’un certain Monsieur Inji, il obtient son diplôme et son chapeau d’Indiana Jones. Il oubliera les deux chez Pôle Emploi, trois jours plus tard. Il adopte une tortue.

L’errance commence pour Dino, il traverse la rue pour trouver un job et atterrit dans une concession Renault. Le regard de chaudasse de la Twingo lui redonne confiance en l’amour. Il se marie une première fois, trois mois plus tard. Il adopte un renard.

Neuf mois plus tard, naquit Multipla. Dino n’a d’yeux que pour son fils boursouflé et ses trois places à l’avant, et délaisse la mère. Le mariage est annulé : le fils, après une longue hésitation de la police du bon goût, est compressé à la casse communale de Gif-Sur-Yvette. Dino adopte un ouistiti.

A 14 ans, il se retrouve seul, sans emploi, à errer les bars et les fleuristes des Carroz-d’Araches. Comme chaque jour, accoudé au comptoir, il cercle nerveusement quelques petites annonces, quand soudain la chance lui sourit enfin : « Vous ne savez rien faire ? Les gens ne vous comprennent pas ? Vous avez plusieurs identités ? Vous êtes comme nous, rejoignez-nous et travaillez pour l’Union Européenne !” Il adopte un mille-pattes.

Trois e-mails plus tard, il est propulsé distributeur automatique de billets pour cette Union. Désormais riche et célèbre dans son pays soissonnais, il vit une existence paisible et rencontre Mme Iche à la même époque. Ce sera le second mariage, entâché du choix plus que discutable d’une ancienne relation en tant que témoin. Il adopte une biche. 

C’est là que la légende de Dino s’arrête. Plus personne ne l’a revu depuis. Qui est-il désormais ? Il y a bien eu des rumeurs, comme celle où il était dans une pub Nespresso. Mais personne ne peut vraiment le dire. Est-il parti coloniser un autre univers ? Est-il totalement soumis par sa femme ? Écrit-il des histoires, lui qui étudia l’Histoire ? On ne le saura jamais. A moins que Vettel ne regagne un titre. Jamais donc. 

Dino et la famille du SAV

Saviez-vous que Dino n’a jamais expédié son caleçon à Fab ? Si ce n’est pas le cas, c’est que vous n’avez pas écouté toutes les émissions avec Dino au micro.