Accepter de laisser une place à Dieu 

Enfant, elle ne ratait jamais la messe, où elle se rendait souvent seule, à pied. Mais à l'âge adulte, une épreuve rebat les cartes pour Isabelle Blanchard.
Elle vit l'expérience de se sentir consolée en Dieu.

C'est alors que la quête spirituelle commence. On lui recommande de faire une retraite en silence dans un Foyer de Charité.
"Je ne connaissais pas du tout ce concept de semaine en silence avec des enseignements". 

 

"J'ENTENDAIS COMME UNE PETITE VOIX QUI ME DISAIT QUE POUR MOI... CE N'ÉTAIT PAS ÇA"

Un long chemin spirituel 

"J'avais ce désir de rencontrer quelqu'un et de fonder une famille chrétienne. Mais au fond de moi, j'entendais comme une petite voix qui me disait que pour moi... ce n'était pas ça" précise-t-elle.

La vie spirituelle se transforme alors en combat spirituel : "C'est douloureux, je me demandais ce que le Seigneur attendait de moi. Je suis longtemps restée seule avec cette question. Et puis, après une nouvelle retraite, j'ai décidé de me faire accompagner spirituellement par une religieuse ignacienne"

UNE VIE COMMUNAUTAIRE DE SERVICE

"Il m'a quand même fallu neuf ans pour accepter de donner ma vie à Dieu. Discerner que c'était bien ça qui me rendrait heureuse !" confie Isabelle.
Discerner le lieu où la vocation s'épanouirait fut moins compliqué. "Devenir membre de Foyer, c'était rendre ce que j'avais reçu".

A La Flatière, trente-quatre laïcs et prêtres vivent en communauté le service et la prière. "Notre travail est fait avec amour, et ça lui donne une valeur d'éternité. Ce qui n'est pas donné est perdu... alors donnons joyeusement et librement !" conclut Isabelle avec un grand sourire.