Changement de goût, hausse du taux d’alcool, baisse de rendement de la vigne… Le vin est, comme nous, tributaire du réchauffement climatique qui s’accroît depuis plusieurs années déjà. Producteur.ice.s et spécialistes s’adaptent et trouvent de nouveaux moyens pour penser le vin de demain. 

 En première partie, Émilie discute des évolutions gustatives du vin et de l’agroécologie avec Taran Limousin et Jonathan Buisson. Le premier est ingénieur à l’Institut français de la Vigne et du Vin et travaille à la Sicarex, le centre de recherche viti-vinicole dans le Beaujolais. Le second est un jeune vigneron du Beaujolais dont le domaine s’appelle Les Roches Bleues. 

En deuxième partie, Émilie reçoit Sandrine Audegond, professeure à l’École du Vin et oenologiste. Elle évoque avec elle les changements de critères de dégustation, l’apparition de nouveaux cépages et la revalorisation des anciens. Car si le vin est soumis au conséquences du réchauffement climatique aujourd’hui, son goût et sa production ont toujours évolué au cours des siècles. 

Références entendues dans l’épisode : 

Le changement climatique va-t-il redessiner la carte mondiale des vins ?”, La Revue du Vin de France, 2013. 

Sandrine Audegond est professeure à l’École du Vin de France à Paris et autrice de nombreux ouvrages de vulgarisation autour du vin comme Le Vin Sans Complexes (Albin Michel, 2011) avec Olivier Thiénot. 

Bouffons, épisode 54 « 20/vin : formation accélérée pour bien s’aviner », Émilie Laystary, Thomas Decourt, Laura Cuissard, Nouvelles Écoutes, 2019. 

Taran Limousin est ingénieur à l’Institut français de la Vigne et du Vin et travaille pour la Sicarex. 

La Sicarex est un centre de recherche viti-vinicole dans le Beaujolais. 

Le domain de Jonathan Buisson Les Roches Bleues se trouve dans le Beaujolais au pied du Mont Brouilly et est engagé dans l’agroécologie. 

Le Gamay est un cépage bourguignon noir à jus blanc qui existe depuis le 14ème siècle.

Bouffons est un podcast de Nouvelles Écoutes que j’anime avec l’aide en coulisses de Laura Cuissard et les coups de main de Clara Matet. Montage par Marine Raut. Mixage par Thomas Decourt. Générique réalisé par Aurore Meyer Mahieu.